Si vous avez passé la journée à dire "What ?"

La France s'oppose à la suspension des mesures d’allégement de la dette de la Grèce annoncée par les ministres des Finances de la Zone Euro – Bygmalion : la cour d'appel de Paris rejette les recours des mis en examen. Plus rien ne fait obstacle à un procès de Sarko pour financement illégal de campagne électorale – Alep : 1.000 personnes (dont 200 rebelles) évacuées vers l'ouest de la province (zone non soumise à Assad).

En s'appuyant sur une étude du CNRS publiée hier sur la "Génération What" (les 18-34 ans), Le Monde a réalisé un quiz "Connaissez-vous vraiment les jeunes ?" en 15 questions. On a eu 9.

Faire le Quiz du Monde

Oh ben ça alors !

Devinez ce qu'une exclu des Echos nous apprend aujourd'hui : la baisse d’impôts de 20%, prévue dans le projet de loi de finances 2017, ne se fera pas à partir d'août 2017 comme initialement prévu, mais dès le mois de janvier (oui, oui, celui qui commence dans moins de 3 semaines). Oh ben ça alors ! Avancer de 8 mois une réduction d'impôts, mais qu'est-ce qui peut bien motiver cette décision du gouvernement ? 

Cette baisse d'impôts concerne 5M de foyers fiscaux. Nombre (moyen) de voix nécessaires pour passer le 1er tour d'une élection présidentielle : 12M. Aucun rapport, bien sûr.

En lire plus dans Les Echos

Bloomberg avait sous-estimé Trump

Souvenez-vous, il y a une semaine, nous vous disions que notre scénario favori parmi les cata 2017 envisagées par Bloomberg était la sécession de la Californie (le "Calexit") sous l'impulsion des milliardaires de la tech - Elon Musk en tête - révoltés contre la politique de Trump. Well guess what : Donald a dû lire Bloomberg (ou TTSO), car il annonce que ce même Elon Musk + Travis Kalanick (le fondateur d'Uber) ont tous les deux accepté...

… son offre de rejoindre le "Strategic and Policy Forum", sorte de conseil économique, du nouveau Président. Nicely done, Donald !

En lire plus dans le Business Insider

description

(L'air de rien) aujourd'hui est une date très importante

Pourquoi ? Parce que le GPS européen, Galileo, entre en service, 18 ans après que le projet a été lancé. Les Américains (via le GPS) ou les Russes (via leur constellation Glonass) ne seront donc plus seuls à pouvoir nous dire où nous sommes (et suivre nos déplacements).

Certes, le service débute, quasiment aucune puce installée sur nos smartphones ne peut recevoir son signal, et le nombre réduit de satellites opérationnels dont il dispose (15) impose un "couplage" avec le système américain. Tout ceci devrait néanmoins évoluer très vite pour les puces (95% de la production actuelle est compatible) et on devrait monter à 30 satellites d'ici 2020.

Mais surtout, le système européen offre une meilleure précision que son concurrent US d'une génération plus ancienne (de l'ordre du mètre pour Galileo vs 10 m pour le GPS) et - last but not least - une plus grande sécurité du signal beaucoup moins sensible aux perturbations... ou aux leurres intentionnels. On entrevoit l'importance potentielle de ces avancées pour les années à venir. 

Selon la Commission européenne, les services liés à des systèmes de positionnement par satellite représentent déjà 10% du PIB européen, et pourraient monter jusqu'à 30% en 2030 (généralisation des voitures autonomes et objets connectés).

En lire plus dans Le Monde

description

Partir loin... (avec MARCO VASCO)

Ne le prenez pas mal, mais vous avez une petite mine, ça ne vous réussit pas la pollution parisienne... Vous devriez consulter MARCO VASCO qui vous enverra illico au Pérou. Là-bas, c'est l'émerveillement qui est alterné : un jour, la beauté millénaire du Machu Picchu, le lendemain, l'immensité du lac Titicaca, puis la cité inca de Cusco avant les caïmans (très sympas) du fleuve Amazon... Vous voyez, c'est pas sorcier de retrouver la forme.

Tous les jeudis, MARCO VASCO, créateur de voyages personnalisés, partage ses découvertes.

Aller sur le site de MARCO VASCO

Lire au lit

"La paume de la main gauche passe sur son sein émouvant de douceur et ferme, maintenant descend sur son ventre, sa chemise se déchire, il touche un poil frisé si fin qu'il lui semble un duvet ; il comprend que Rose se prête à ses caprices : les doigts du soldat se mouillent voluptueusement ; à cette sensation Mme de B. tressaille, elle va perdre l'équilibre ; ses bras s'enroulent autour du cou du jeune homme ; son souffle change de rythme ; elle geint faiblement." François Bernouard - Rose de B. (1938)

Chaque semaine, TTSO vous ouvre son anthologie de la littérature érotique.

Se procurer l'anthologie historique des lectures érotiques (J.J. Pauvert)