Recevez le smart email du soir. C’est gratuit !

Si vous avez passé la journée dans les transports

Discours de politique générale : Borne appelle à bâtir "une majorité d'idées" autour de grands objectifs (réformer les retraites, atteindre le "plein emploi", "répondre à l'urgence du pouvoir d'achat" ou "apporter des réponses radicales" à "l'urgence climatique")

Energie : les eurodéputés inscrivent finalement le gaz et le nucléaire dans la liste des énergies "de transition" pouvant recevoir des investissements européens

UK : malgré 5 nouvelles démissions au sein de son cabinet (soit 32 en une semaine) et une multiplication des scandales, Boris Johnson affirme vouloir "continuer" 

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

Pas le choix

La nationalisation d’EDF aura constitué la seule annonce vraiment concrète du discours de politique générale. Concrète mais pas surprenante. A 45Mds€, la dette d’EDF est à présent colossale… et se creuse par l’obligation que fait peser l’Etat sur EDF de vendre son électricité à perte (le bouclier tarifaire). A cela, il faut ajouter 50Mds€ pour l’entretien du parc nucléaire actuel et 50 autres Mds pour construire les 6 EPR2 annoncés par E. Macron. La nationalisation était la seule issue.

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

Du Piketty dans le texte

Plus que les chiffres absolus (cf plus haut) le plus révélateur – et le plus dingue – dans ce que nous dit le Top 500 des blindax de Challenges, c’est son évolution. En 1996, un membre du classement disposait en moyenne d'une fortune de 162M€, en 2022, le magot moyen est passé à 2Mds. x12. Durant la même période, le salaire net moyen en France a été multiplié par… 1,5. Dit autrement, en 1996, l’addition des 500 top fortunes représentait 4% du PIB, en 2022…40%.

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

 

 

L’économie paie (ce sont les économistes qui le disent)

Vous vous en doutiez : il existe des écarts de salaire importants en fonction des études qu’on a faites. Aux US, à durée d’études égale, les diplômés en économie âgés de 40 ans gagnent 40% de plus que ceux d’autres "majeures". Mais la comparaison a ses limites : les étudiants qui choisissent l’éco ne sont pas les mêmes que ceux qui étudient d’autres matières. Que se serait-il passé si les mêmes avaient choisi philo ou chinois ?

Pour répondre à cette question, une étude publiée par le respectable American Economic Journal : Applied Economics a comparé, dans une université moyennement sélective, les étudiants acceptés de justesse par la majeure "éco" à ceux refusés de justesse. Deux populations quasi-identiques, entre lesquelles l’écart des salaires de sortie est bien un effet causal du choix de majeure. Or, il est de… 46%, principalement (mais pas seulement) parce que les diplômés en éco vont travailler dans des secteurs qui paient mieux.

Qu’on s’en félicite ou qu’on s’en lamente, on peut donc bien dire que ce sont les études d’économie qui paient, et pas seulement les ambitieux qui choisissent l’éco. Un peu tard pour Parcoursup, mais à méditer quand même…

Tous les mercredis, Olivier Sibony (prof de stratégie à HEC, London Business School, Oxford) nous explique un concept de management. Sans bullsh*t 

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

 

 

En partenariat avec Google

A la vigne et au monde

L’avenir des vignerons est-il désormais aussi en ligne ? Face aux conséquences économiques de la crise sanitaire beaucoup d’entre eux ont sauté le pas et le pari est réussi : de nouveaux débouchés à la clé, une clientèle élargie et un commerce du vin qui se développe sur Internet. Et pour monter en compétences plus rapidement, ils peuvent notamment compter sur le soutien de Google. 

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

Spécial journée internationale du baiser

Comme tous les 6 juillet, aujourd’hui nous célébrons le baiser, et à cette occasion, nous vous proposons 3 manières d’envisager cette merveille absolue. Enjoy ;)

1) Cinématographique : un baiser filmé de l’intérieur d’une bouche. 2) Chimique : le menu de ce que nous échangeons lors d’un baiser (format grosse galoche) : 9 ml d’eau, 0,7 mg de protéines, 0,18 mg de composés organiques, 0,71 mg de graisses diverses et 0,45 mg de chlorure de sodium et entre 10M et 1Md de bactéries de 278 espèces différentes.

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn