Recevez le smart email du soir. C’est gratuit !

Si vous avez passé la journée à la maison

Guerre en Ukraine : après la rencontre Biden-Zelensky cette nuit, le Kremlin affirme que les US mènent "de facto une guerre indirecte contre la Russie" 

Grève SNCF : la CFDT annonce qu'elle ne soutient pas le mouvement, le gouvernement dit "réfléchir à la mise en place d'un cadre pour assurer la continuité des services publics en toutes circonstances" (voir sujets suivants)

Chômage : un rapport de l'Unedic révélé par l'AFP estime que la réforme de l'assurance-chômage entrée en vigueur fin 2021 a provoqué en moyenne une baisse de 16% des indemnités versées à situation égale 

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

La bataille qui vient

… celle de l’opinion publique. Le gouvernement peut être tranquille, le danger ne viendra pas de la SNCF : selon Frédéric Dabi (DG "opinion" de l'Ifop), on n'observe "plus du tout la logique de soutien à une grève par procuration (= les salariés plus protégés font grève pour nous) comme en 1995 ou en 2006". Même chose pour les chômeurs, malgré les chiffres rapportés par l’Unedic, puisque "le regard sur le chômage a changé et l’idée de l'assistanat est devenue ultra majoritaire, même à gauche".

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

Le péril jaune

Le grand risque pour le gouvernement en 2023 selon Frédéric Dabi (Ifop) ? Un "mouvement social d’ampleur" porté par la lutte contre la réforme des retraites et "l’aiguillon pouvoir d’achat". Seul élément manquant : "l’étincelle qu’on avait vue en 2018" (= crise des Gilets Jaunes) et qui n’est -- pour le moment -- "pas là" … Enfin sauf si ce qui se passe à la SNCF se multiplie : c'est notable, la grève se fait sans les syndicats traditionnels (= dont le rôle est justement de canaliser la colère sociale)

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

 

 

Non, non rien n’a changé

L’Ifop sort aujourd’hui un sondage fort à propos sur la charge mentale et la répartition des tâches dans le couple pour les festivités de Noël. On arrête de farcir le chapon (ou la dinde) et on lit attentivement.

Non, non rien n’a changé. Comme le chantaient les immortels Poppys en 1971, même le soir de Noël, pas de trêve. Pour les femmes ! 62% des Françaises déclarent en faire "plus" que leur conjoint dans l’organisation du repas/fêtes de Noël, 31% disent en faire "à peu près autant" et seulement 7% "moins" que ce gros glandeur.

Les domaines masculins ? La picole : 40% des hommes prennent en charge le choix des alcools, vs 24% des femmes, et ouvrir les fruits de mer (tâche masculinisée à 54%). Une séance dégustation avant de s’attaquer aux huîtres offre donc une probabilité intéressante de faire passer le réveillon aux urgences à un conjoint peu enclin à vider le lave-vaisselle.

… et dans l’éventualité où il en réchapperait rappelez-lui que selon une étude Gleeden menée sur 10 000 femmes, le 1er des motifs d'infidélité, cité à 73% !! par les épouses/partenaires ayant visité d’autres lits que l’Ikea conjugal,

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

 

En partenariat avec L'École des Arts Joailliers

Fabriquez Noël

Cette année, pour Noël, offrez un privilège unique. Celui d’une introduction aux techniques de la haute joaillerie. Lors d’un cours de 4 heures, à deux pas de la place Vendôme, vous vous installerez derrière un établi et, guidé par les mains expertes des artisans de L'École des Arts Joailliers, vous sculpterez une maquette en cire, découperez et polirez le métal et, enfin, apprendrez pas à pas l'art du sertissage. Cette année, fabriquez le plus beau des cadeaux. 

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

Lire au lit (même à Noël)

"Fut-ce l'odeur sauvage des rennes ? L'air glacé qui s'engouffrait dans mon col, hérissant ma peau et mes seins ? L'excitation de la glisse du traîneau ? Je me rapprochais du Père Noël, l'envisageant à présent, non plus comme l'ogre bienveillant ami des enfants, mais comme ce voyageur fascinant, habitué à pénétrer l'intimité des foyers en empruntant les conduits les plus étroits. Je mis ma main sur sa cuisse et lui demandais : « Et pour mon cadeau, qu'avez-vous prévu ? »".

Greta Ostt - Conte de Noël (1973)

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn