Recevez le smart email du soir. C’est gratuit !

Si vous avez passé la journée au boulot

Retraites : avant les annonces d'Elisabeth Borne (voir plus bas), 80% des Français se disent opposés au recul de l'âge légal à 64 ans et 83% à 65 ans (source : sondage Odoxa/BFM-Challenges)

Economie : la Banque Mondiale abaisse fortement ses prévisions de croissance pour 2023 (+1,7% vs +3% en juin) et prévient qu'un nouveau choc ("Covid", "tensions géopolitiques", ...) pourrait faire "basculer l'économie mondiale dans la récession"

Football : un comité exécutif extraordinaire de la Fédération Française de Football se tiendra demain (mercredi) pour décider du sort de son président Noël Le Graët accusé de harcèlement sexuel et de gestion erratique

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

Retraites : le projet en 6 points

Pas de grosse surprise mais confirmation du compromis avec LR. 1) Age légal repoussé à 64 ans d’ici 2030. 2) Accélération de la réforme Touraine : 43 ans de cotisations nécessaires pour partir à taux plein d’ici 2027 vs 2035. 3) Maintien de l’âge de départ sans décote à 67 ans. 4) Possibilité de partir plus tôt pour "4 salariés sur 10" (= ceux ayant commencé à travailler avant 20 ans). 5) Fermeture de "la plupart des régimes spéciaux existants" pour les nouveaux entrants (= clause du grand-père).

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

Pourquoi ça va passer ?

C’est désormais certain, la réforme des retraites va passer tranquillement la "case" Parlement car Borne a opté pour une stratégie 0 risque : en intégrant la réforme dans un texte financier (= le PLFSSR) le gouvernement aura la possibilité de faire adopter le texte rapidement et surtout d’utiliser le 49.3 (= adoption sans débat) autant de fois que nécessaire. Et la PM ne devrait même pas avoir besoin d’en arriver là : en ayant "dealé" avec la droite, elle s’assure le soutien (ou à défaut l’abstention) des LR. Ça suffira.

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

 

 

Pourquoi c’est si dur ?

Bien sûr, ça va passer au parlement (cf plus haut), mais soyons clairs : toucher aux retraites n’est pas une réforme comme les autres. Et va bien au-delà des chiffres.

La retraite, dans l’esprit des Français c’est "le droit à la bonne vie, après une dure vie de labeur". Penser que les arguments démographiques ou comptables sont de taille face à cette aspiration c’est ne rien comprendre pointe l’économiste Elie Cohen.

Et de fait, l’équation travail > loisirs est récente. Gaspard Koenig souligne que, des chasseurs-cueilleurs à la fin de l’Ancien Régime, le travail est une activité secondaire et méprisée et qu’il faut attendre les marchands protestants du XVIIe siècle pour que "l'injonction biblique de « gagner son pain à la sueur de son front » soit prise au sérieux".

La retraite, une histoire de religion ? Charles Péguy ne dit rien d’autre, écrivant en 1914 : "Pour avoir la paix demain (et la paix ne s’obtient que par l’argent), on aliène, on vend sa liberté aujourd’hui" tant et si bien, que "comme le chrétien se prépare à la mort, le moderne se prépare à cette retraite". Ça va un peu au-delà des chiffres.

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

 

En partenariat avec Malakoff Humanis

Comment va la jeunesse ?

Pas si bien que ça si l'on en croit le dernier baromètre Malakoff Humanis : 42 % des moins de 30 ans se disent stressés, 14 points de plus que l'ensemble des salariés. Alors pour préserver la santé mentale des plus jeunes dans l'entreprise, il faut d'abord écouter leurs attentes. C'est le conseil que donne Emmanuelle Germani, RH de Kaporal où 50% des salariés ont moins de 30 ans. Concrètement, cela passe par le refus d'un management "descendant et directif", 

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

La Q de la semaine

Maintenant que nous voilà édifiés sur ce que nous pouvons attendre -- ou pas ! -- de nos nuits de retraité/e (cf résultats ci-dessous), posons la mère de toutes les questions : êtes-vous impatient/e d’être à la retraite ?

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn