Recevez le smart email du soir. C’est gratuit !

Si vous avez passé la journée décalé/e

RN : la justice ouvre une enquête pour financement illégal de la campagne de Marine Le Pen en 2022, démission de Gilles Pennelle (DG du parti) chargé des investitures pour les législatives 2024 

Matignon : Gabriel Attal annonce aux députés Renaissance qu'il souhaite prendre la tête du groupe à l'Assemblée

TV : devant l'Arcom, les patrons de C8 annoncent que l'émission TPMP d'Hanouna sera désormais diffusée avec 15 à 45min de décalage pour éviter les dérapages

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

Ouverture des candidatures

Le Figaro rapporte que "plusieurs cadres du gouvernement et de partis alliés du chef de l'État" demandent à Macron d’annuler son voyage de 2 jours à Washington (= sommet de l’Otan). Leur crainte : que la gauche profite de cette absence pour "se mettre d'accord sur le nom d'un Premier ministre", prenant de vitesse la macronie en pleine recherche de coalition alternative, et soit donc en capacité de mettre une "pression très forte" sur le PR à son retour pour forcer son choix.

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

Tripartition partout

Depuis hier, la macronie se déchire en 2 courants : celui favorable à une alliance allant de LR au PS (Philippe, Braun-Pivet) et les partisans de la seule union à droite (Darmanin, Bergé). On en rajoute un 3e ce matin : les "macronistes de gauche", une vingtaine d’élus rassemblés autour de Sacha Houlié (ex Président de la Commission des Lois). A droite aussi, la tripatition est en cours : après Ciotti parti s’allier au RN, les députés LR devraient se réunir derrière Wauquiez qui refuse toute "coalition". A moins qu’ils ne préfèrent l’option Pradié-Juvin qui réclament, eux, une "cohabitation".

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

 

 

Pourquoi ils n’y arriveront pas

L’Express publie un entretien avec l’ami Gaspard Koenig. On a été particulièrement intéressé par le passage sur le pronostic politique post législatives. On reprend l’argumentaire de Gaspard.

La coalition sera "introuvable", non -- comme on l’entendra -- par absence de culture du compromis en France ("les Français ont été parfaitement capables de former des coalitions tout au long de la IIIe République"), mais à cause de nos institutions qui font de "l’élection présidentielle la seule obsession des responsables politiques".

Dès lors, comme le remarque Gaspard, "gouverner n’intéresse pas" nos politiques. "On l’a vu dès le soir du 2nd tour", le seul but poursuivi par chaque bloc est "de placer un des leurs à l’Elysée"… plus encore après 7 ans d’une présidence qui "a porté les institutions au maximum de l’hyperpersonnalisation".

Résultat ? "Après plusieurs mois de marasme parlementaire, les extrêmes (l’emporteront) sans même plus avoir besoin d’atténuer leur discours". On fait le même pari. Malheureusement.

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

 

En partenariat avec l'Institut du Cerveau

Un milliard

Un milliard : c’est le nombre d’entre nous à être atteints d’une maladie neurologique ou psychiatrique soit une personne sur 8 dans le monde. Maladies du grand âge (une petite fille sur deux qui naît aujourd’hui sera centenaire), mais aussi des autres stades de la vie (l'âge moyen du début des symptômes de la sclérose en plaques est 30 ans), progresser dans le traitement des affections du système nerveux est une urgence mondiale pour laquelle la France s’est dotée d’un instrument sans équivalent : l’Institut du Cerveau

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

La Q de la semaine

Ainsi donc, pour le bien commun, les Français ne seraient pas moins prêts au compromis que d’autres (cf article précédent). Vraiment ? Vérifions un peu ça ! Notre question ce soir : pensez-vous qu’accepter une forme de compromis sexuel soit indispensable à la longévité d’un couple ?

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn