Recevez le smart email du soir. C’est gratuit !

Si vous avez passé la journée à recompter

Guerre en Ukraine : la Russie ordonne le retrait de ses troupes de la ville de Kherson (= la plus grosse ville et seule capitale administrative ukrainienne prise par l’armée russe depuis le début du conflit)

Diplomatie : Bloomberg affirme que Vladimir Poutine ne participera pas au sommet du G20 qui se tiendra en Indonésie mercredi et jeudi prochain afin d'éviter "d'éventuelles tensions avec d'autres chefs d'Etat" 

Défense : Emmanuel Macron annonce la fin de l'opération Barkhane -- lancée en 2014 -- avec la mise en place d'une nouvelle stratégie française en Afrique d'ici "6 mois" 

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

Que des nuls !

C’est donc l’explication qu’avance Trump pour ces midterms décevantes : les candidats de son camp étaient "all bad"…. Et c’est d’autant plus ennuyeux pour l’ex-président-probable-futur-candidat que son rival le plus sérieux pour 2024 (dans le parti), Ron DeSantis, gouverneur de Floride, a lui été brillamment réélu. Cela dit Trump avait prévenu, dès hier il déclarait : "If the Republicans win tonight - I deserve all the credit. If they lose - I'm not to blame". Vivement 2024 !

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

La chute

Mark Zuckerberg annonce que Meta (= Facebook) va procéder au 1er plan social de son histoire avec la suppression de 11 000 postes dans le monde (= 13% des effectifs). Zuck' peut bien dire que son entreprise est aujourd’hui "sous-estimée" par les marchés, comment ne pas constater la chute de la tech US du piédestal sur lequel elle était juchée depuis 20 ans. Depuis le début de l’année : -30% d’investissements en capital-risque dans le secteur et –32% pour le NASDAQ, l’indice boursier de la tech.

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

 

 

Apprend-on vraiment de ses échecs ?

C’est une évidence pour les managers, les philosophes, et même pour Cosmo : on apprend plus de ses échecs que de ses succès ! L’échec, dit-on, rend humble. Il nous force à nous remettre en question. Le succès, lui, nous rend complaisants.

Ce serait en effet une consolation – si c’était toujours vrai. Hélas, ce n’est pas si sûr. Dans les organisations, une célèbre étude de 2005 suggère que les échecs des petites expérimentations confortent l’idée qu’il est inutile d’expérimenter, tandis que les grands désastres sont invariablement attribués à des causes exogènes et inévitables. Pas vraiment la remise en question…

Est-ce à cause des jeux politiques ? Sans doute, mais la même tendance se retrouve chez les individus. En gros, nous imputons nos échecs à des causes extérieures, ce qui nous dispense d’apprendre.

La raison, bien sûr, c’est que quand on échoue, on se sent menacé, et on "déconnecte". D’ailleurs, on apprend mieux quand on réussit (tous les profs le savent). D’où la brillante suggestion de deux chercheuses de Chicago : étudiez plutôt les échecs… des autres. Vous apprendrez autant qu’en étudiant leurs succès, et plus qu’en retournant le couteau dans la plaie de vos propres loupés !

Tous les mercredis, Olivier Sibony (prof de stratégie à HEC, London Business School, Oxford) nous explique un concept de management. Sans bullsh*t.

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

 

En partenariat avec HSBC

HSBC : la retraite, pensez-y

... même si vous avez moins de 40 ans. Eh oui, HSBC rappelle qu'une retraite sereine se prépare le plus tôt possible. Comment ? 1) En mettant en place des versements programmés -- même modestes -- ou en effectuant des versements exceptionnels vers des produits d'épargne dédiés et qui constitueront à terme un complément de revenus. 2) En diversifiant vos investissements pour limiter les risques et profiter de tous les avantages offerts par les principaux produits d'épargne. 3) En acquérant -- si possible -- votre résidence principale ce qui vous permettra de ne plus payer de loyer une fois retraité/e.

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

Notre contribution au Sibony : apprenons de nos erreurs

… et dans ce cadre penchons-nous sur cette étude récente menée sur 2 200 Britanniques et qui établit la liste de leurs regrets à propos de leur première expérience sexuelle. #1, cité à 71%, le choix du/de la partenaire, #2 un lieu "inconfortable" (61%), #3 avoir été saoul/e pendant les faits (57%), #4 ne pas avoir eu de rapport protégé (44%), #5 avoir fait ce jour/soir-là un mauvais choix de sous-vêtements (11%), #6 (après les sous-vêtements !!)…

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn