Recevez le smart email du soir. C’est gratuit !

Si vous avez passé la journée sur la réserve

Missile sur la Pologne : Emmanuel Macron appelle à rester "très prudent", la Pologne affirme que le tir n'était "pas intentionnel", l'Ukraine réclame un "accès immédiat" au site où a explosé le missile (voir sujet suivant)

Guerre en Ukraine : la Russie entre officiellement en récession (= 2 trimestres consécutifs avec croissance < 0) selon les statistiques officielles russes avec un PIB en recul de 4% au 3e trimestre

Assemblée nationale : les députés rejettent l'interdiction de la corrida en Commission des Lois (le texte pourrait tout de même être discuté dans l'Hémicycle le 24 novembre si les Insoumis maintiennent leur proposition de loi)

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

Equilibre

D’après le Canard Enchaîné du jour, citant un "proche conseiller" de Macron, le PR "s’est mis dans la tête de viser le prix Nobel de la Paix". Ceci explique sans doute sa retenue sur l’affaire du missile (cf plus haut). Moins ambitieux (?) le Secrétaire Général de l’OTAN déclare que "c’est la Russie qui porte l’ultime responsabilité", Sunak (PM UK) qu’il s’agit de la conséquence directe "des attaques barbares" de Moscou et Meloni (PM Italie) que la nationalité du missile "ne change pas la substance, la responsabilité incombe à la Russie".

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

Une pensée pour Elon

Grosse journée pour Musk. Aujourd’hui il est attendu devant la cour du Delaware pour y défendre le package de rémunération qui lui a été accordée par Tesla en 2018 et qui est attaqué par un actionnaire de l’entreprise. Le package ? "Le plus gros plan de rémunération jamais attribué à un dirigeant" : 56Mds$ (en actions Tesla). Avant de vous évanouir, laissez-nous vous rassurer, c’est sur 10 ans et c’est évidemment lié à l’atteinte d’objectifs. Ça va mieux ?

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

 

 

Personne ne comprend vos blagues

Parmi les nombreuses décisions étranges du nouveau maître de Twitter, il en est une qui semble particulièrement terre-à-terre : exiger que tout compte parodique mentionne "parodie" dans son nom (et pas seulement dans sa description). Vraiment ? Ne sommes-nous pas capables de faire la différence entre l’humour et la réalité sans ce balisage lourdaud ?

Apparemment, pas toujours, suggère une étude de 2005 dirigée par Justin Kruger (celui de l’effet Dunning-Kruger). En analysant des échanges par e-mail (oui, c’était avant Twitter), les chercheurs ont montré que les destinataires de nos messages passent souvent à côté de l’ironie, du sarcasme et de l’humour en général. En gros, ils prennent la blague au premier degré. La raison est simple : nous sommes égocentriques ! Incapables de nous mettre à la place du destinataire, nous surestimons notre capacité à communiquer subtilement notre intention humoristique.

A problème technologique, solution technologique, répond une autre étude plus récente : pour qu’on comprenne l'ironie, utilisez l’émoji "clin d’œil". La compréhension s’en trouvera améliorée – même chez les personnes âgées, s'émerveillent les auteurs.

Parodies sous-titrées "parodie", clins d’œil signalés par un clin d’œil : voilà donc l’humour en 2022. Merci la technologie ! ;)

Tous les mercredis, Olivier Sibony (prof de stratégie à HEC, London Business School, Oxford) nous explique un concept de management. Sans bullsh*t.

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

 

En partenariat avec HSBC

HSBC : la retraite, ça approche

Si vous avez 40 ans ou plus, ne retardez plus les choses, il est grand temps de s'y préparer ... sereinement. Comment ? En commençant par prendre RDV avec un conseiller HSBC ! Ce dernier répondra à toutes vos questions sur la retraite (âge de départ ou nombre de trimestres à cotiser selon les lois en vigueur) et estimera avec vous le montant de votre future pension de retraite. A partir de là, il définira avec vous les choix financiers les plus adaptés (quels placements ? quel rythme de versement ? quelle diversification ?). 

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

Notre contribution au Sibony : c’est une catastrophe !

C’est l'Université Albany de New York qui le dit ! Dans une étude publiée en 2015 par son département de Psychologie, elle établissait que l'orgasme d'une femme est plus fort… quand son partenaire la fait rire. Une conclusion dont nos propres recherches nous permettent d’attester de la validité en ce qui concerne l'orgasme masculin aussi. Le fait que vos/nos blagues ne soient pas comprises est une catastrophe !

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn