Recevez le smart email du soir. C’est gratuit !

Si vous avez passé la journée en automne

Economie : la BCE procède à une nouvelle forte hausse de ses taux directeurs pour freiner l'inflation en les faisant remonter à leur plus haut niveau depuis 2009

Oiseau bleu : Elon Musk annonce officiellement son rachat de Twitter pour 44Mds$ afin de "maintenir une place publique en ligne où une grande variété d'opinions peuvent débattre de façon saine, sans recourir à la violence"

Majorité : alors que Macron dit hier vouloir une "alliance" LREM-LR sur les réformes importantes, un sondage Ifop/JDD montre que 63% des électeurs LR et 85% de ceux de LREM sont "favorables" à une telle alliance

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

Ne prenez QUE ça

On vous le disait hier, pour ce long week-end de Toussaint, prenez votre maillot de bain ! Il va faire beau et chaud partout en France, et, dans le sud de l’Aquitaine on atteindra même les 30°. Youpi ? Surtout pas : dans la foulée de son rapport publié hier, Antonio Guterres, le secrétaire général de l’ONU, rappelle aujourd’hui que la planète est sur une trajectoire de +2,5° -- au mieux (= si les Etats respectent leurs engagements actuels) -- soit 1 degré de plus que les objectifs de l'Accord de Paris…

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

Nouvelle économie

Total annonce ce matin qu’au 3e trimestre son bénéfice net a atteint 6,6Mds$ soit +43% vs l’an dernier. C’est simple, en 9 mois, Total a déjà dégagé plus de bénéf que sur toute l’année 2021. Dans la foulée, Shell célèbre l'un des profits trimestriels les plus importants de son histoire (9,5Mds$). Là où le Covid avait fait triompher les GAFAM, la guerre en Ukraine et la crise énergétique marquent le grand comeback des pétroliers. Bienvenue dans la nouvelle économie.

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

 

 

Ancienne économie

Cette nuit, Meta (Facebook) a donc confirmé ce qu’on vous annonçait hier : rien ne va plus chez Zuck’ & Co. Le CA est en baisse pour le 2e trimestre consécutif, les bénéfices ont été divisés par 2 en un an et la valo boursière s’est effondrée de plus de 70% depuis janvier. Une chute, une vraie.

Oui, car Meta est l’un des, sinon LE symbole de la toute-puissance des GAFAM qui a marqué la décennie précédente. Plus d’un tiers de l’humanité utilise aujourd’hui des produits Meta (Facebook, Insta, WhatsApp) et avant la dégringolade récente, la croissance exponentielle des résultats avait permis de multiplier par 10x la valeur boursière du groupe en à peine 10 ans.

Sauf que tout ça, c’est fini. D’abord parce que Meta a basé tout son succès sur un modèle devenu obsolète : le siphonnage et la revente des données des utilisateurs (la pub représente aujourd’hui 98% de ses revenus). Or, avec le RGPD et la demande croissante de protection de ces données, ce modèle s’effondre.

… Et la suite tarde à s’imposer : le Metavers sur lequel la société parie son futur rassemble à peine 200 000 utilisateurs réguliers au bout d’un an

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

 

En partenariat avec Coffignon

COF-FI-GNON

Depuis 1928 ces trois syllabes sont celles d’un pouvoir et d’une séduction qui ne ressemblent à aucun autre. Opticien et lunetier à Paris, COFFIGNON a habillé – sur mesure – les regards du Général de Gaulle, de François Mitterrand, de Brigitte Bardot ou de Johnny. Chaque paire de lunettes est réalisée dans les matériaux les plus nobles et exprime la singularité de son/sa propriétaire. Des lunettes qui sont enfin ce qu’elles devraient être : un objet précieux, unique et durable. En trois syllabes.

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

Lire au lit

"- Oh, Cher, c’est ridicule ce qui m’arrive ! Figurez-vous que je ne puis défaire le nœud qui ferme le lacet de ma culotte ! Si vous étiez gentil ? …
Et hop ! Sans crier gare, elle me tourne le dos, prend à pleines mains son manteau et le paquet de ses jupes et se retrousse. C’est un véritable éblouissement pour moi que de voir tout à coup (…) l’affolante intimité des blanches lingeries, tandis qu’une bouffée de parfums suaves m’arrive au visage".

G. Donville - Les confidences de Chérubin (1939)

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn