Recevez le smart email du soir. C’est gratuit !

Si vous avez passé la journée sous la douche

Economie : la BCE annonce la fin de son programme d'achats d'actifs -- mis en place en 2015 -- et confirme une hausse de ses taux directeurs pour juillet (une première depuis 11 ans)

Incidents au Stade de France : Didier Lallement (préfet de police) reconnait "un échec" et admet s'être "peut-être trompé" sur le chiffre de 30 à 40 000 supporters anglais sans billets 

Inflation : le gouvernement va verser une aide de 100 à 150€ pour les ménages les plus modestes en septembre

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

Les losers

La droite et l’extrême-droite. Et c’est un énorme renversement. Rappelez-vous, il y a encore quelques semaines (= avant la présidentielle), Le Pen, Zemmour, Pécresse (+ NDA) totalisaient jusqu’à 50% des intentions de vote. Mais aujourd’hui, c’est le grand flop : si l’on suit l'Ipsos du jour, LR ne comptera que 35 à 55 députés et pour le RN, c'est pire (20 à 50 sièges). Résultat : même si l’on prend la fourchette haute, la droite et l’extrême-droite ne compteront pas plus de 100 députés 

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

L’impossible winner

Mélenchon ! Le renversement de tendance, c’est son exploit. Au fil des semaines le slogan "nommez-moi à Matignon" est passé d'une (très bonne) idée de marketing politique à un scénario institutionnel crédible. Mais un exploit vain ? Alors que la NUPES dépasse désormais LREM dans les sondages, une étude Ifop montre aujourd'hui que seuls 31% des Français désirent voir Méluche à Matignon soit à peine plus que les intentions de vote pour la gauche réunie (28%).

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

 

 

Epuisement

A côté des losers et face au winner (impossible), comment ne pas évoquer la grande épuisée : l’Assemblée Nationale.

Très sincèrement on ne s’est pas encore remis des chiffres de l’étude Kantar dont nous vous parlions hier et devons confesser que si nous faisions partie de la minorité (38%) de Français capables de citer une mesure débattue à l'Assemblée sur les 5 dernières années, nous appartenons également à cette écrasante majorité (69%) incapable de nommer le député de sa circo.

A l’indifférence citoyenne, répond l’épuisement parlementaire. Lisez hier le chat organisé par Le Monde, où 2 députés (PS et LREM) ne se représentant pas exposent le manque de moyens de contrôle réel du gouvernement et la grande impuissance démocratique du rôle de député soit opposant stérile, soit béni-oui-oui majoritaire (depuis 5 ans, + 95% des votes des députés LREM ont été identiques à la ligne du groupe). Dans les deux cas, totalement anonyme.

Résultat : on s’abstient ! Chez les électeurs bien sûr (plus d’un sur deux ne devrait pas se déplacer ce dimanche) mais chez les députés aussi ! Ce scrutin totalise le nombre de candidats le plus faible depuis 30 ans

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

 

En partenariat avec Upway

Upway : en selle

Ça y est, avec les beaux jours, on en rêve tous : lâcher la voiture/le métro pour traverser -- sans efforts -- Paris en vélo électrique. Mais avouons-le, les prix des modèles qui nous font envie sont encore trop élevés. Enfin sauf sur Upway, la 1ère plateforme française entièrement dédiée aux vélos électriques reconditionnés. Son but : rendre (enfin) accessibles les meilleurs vélos électriques (VanMoof, Moustache, Giant ...) avec une large sélection de modèles 

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

Lire au lit

"Les couples se formaient, s’enlaçaient, se tordaient dans de fougueuses étreintes. On entendait le bruit des lèvres s’appliquant sur la chair ou s’entremêlant avec fureur. Puis partaient des soupirs étouffés, des paroles mourantes, des cris d’ardeur ou d’abattement. Bientôt les joues, les seins, les épaules ne suffisaient plus aux baisers sans frein. Les robes se relevaient ou se jetaient de côté. Alors, c’était un spectacle unique que tous ces corps de femmes, souples, gracieux, s’agitant, se pressant avec le raffinement, l’impétuosité d’une lubricité consommée"

Alfred de Musset - Gamiani ou Deux nuits d'excès (1833)

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn