Recevez le smart email du soir. C’est gratuit !

Si vous avez passé la journée dans le noir

Energie : RTE écarte le risque de "blackout" électrique en France cet hiver mais évoque des possibles coupures de 2h qui pourraient être évitées si "la consommation baisse de 1 à 5 %, et jusqu'à 15 % dans les situations météorologiques les plus extrêmes"

Energie (suite) : la Commission européenne annonce "une réforme complète et en profondeur" du marché européen de l'électricité et la mise en place d'un plafonnement des superprofits des producteurs d'énergie pour récupérer 140Mds€

Terrorisme : la Cour Européenne des Droits de l'Homme condamne la France à revoir les demandes de rapatriement effectuées par les familles de djihadistes français partis en Syrie

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

Elizabeth > Elisabeth

Si comme toutes les chaînes d’info vous avez préféré cet après-midi les funérailles royales à la conf' de Borne sur l’énergie, on vous la résume : 1) La France est le pays de l’UE qui a "le mieux protégé" les ménages avec des factures d’électricité "3x inférieures à l’Allemagne". Du coup, 2) on prolonge le bouclier tarifaire sur le gaz et l’électricité en 2023 avec une hausse des prix bloquée à 15% (+25€/mois par ménage vs 200€ sans bouclier). 3) On distribue des chèques énergies exceptionnels (100 à 200€) à 12M de foyers modestes d’ici décembre.

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

Entre experts

Selon une note du renseignement US qui a fuité cette nuit, la Russie ne se contente pas d’attaquer les démocraties de l’extérieur, elle les ronge aussi de l’intérieur. Depuis 2014, Moscou a dépensé au moins 300M$ pour soutenir des partis "amis" (= prêts à relayer les messages/servir les intérêts russes) dans plus d’une vingtaine de pays (non cités). Une estimation que Washington qualifie de "minimale", d’autres transferts secrets n’ayant pas "probablement pas été repérés".

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

 

 

Le nudge échoue ? Vive le nudge !

Le maire de Grenoble, Eric Piolle, a "inversé la logique" : les nouveaux menus "standards" des cantines de sa ville sont végétariens. Seuls les enfants dont les parents le demandent mangeront de la viande ou du poisson.

 C’est un parfait exemple de nudge : le "choix par défaut", qui s’impose sauf contre-ordre. On a vu ailleurs comment il peut nous conduire à épargner plus, à choisir une électricité plus verte, à devenir donneur d’organes... ou à recevoir beaucoup de spam.

Seulement voilà : 94% des parents grenoblois ont refusé ce nudge écolo-diététique, et ont demandé qu’on serve une protéine animale à leurs enfants 4 jours par semaine. Quelles qu’en soient les raisons, c’est donc un échec pour le projet de Piolle.

Mais est-ce un échec du nudge ? Au contraire ! Paradoxalement, ce résultat démontre l’intérêt du nudge : orienter le choix sans supprimer la liberté de choisir. Il y a presque toujours un choix par défaut (le menu non-végétarien en était un aussi), mais on reste libre de le modifier – y compris massivement quand, comme ici, on le juge nécessaire. De quoi faire réfléchir ceux qui dénoncent une manipulation dès qu’ils voient un nudge...

Tous les mercredis, Olivier Sibony (prof de stratégie à HEC, London Business School, Oxford) nous explique un concept de management. Sans bullsh*t.

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

 

En partenariat avec Forward College

Qu’importe le futur, Forward College vous y prépare.

85% des métiers de demain n’existent pas encore. Oui, l’intelligence artificielle, la robotique, le réchauffement climatique vont transformer les métiers existants et en créer de nouveaux. Cela implique d’adapter l'éducation supérieure pour répondre à ces enjeux cruciaux. Et ça, Forward College l’a bien compris! Conçus avec plus de 60 experts et recruteurs internationaux, les programmes de cette grande école européenne donnent aux étudiants les clés pour décider et agir dans l’incertitude. 

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

Puisqu'on parle d'énergie

... nous tenions à vous rappeler ce soir les résultats de cette étude de l'université de Montréal (2013) : la dépense énergétique liée à une activité sexuelle de 25 minutes monte à 101 calories chez l'homme vs 69 pour les femmes. C'est beaucoup ? Cela correspond à "2 à 3x le métabolisme de repos" (= ce que l'on dépense sans rien faire) tout en restant 3 à 5x inférieur à un jogging effectué à allure modérée. 

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn