Recevez le smart email du soir. C’est gratuit !

Si vous avez passé la journée dans la rue

Réforme des retraites : reçues au ministère du Travail, la CFDT affirme que le gouvernement souhaite "noircir la perspective financière" pour légitimer une réforme rapide, la CGT menace de "rentrer dans la confrontation sociale" 

Guerre en Ukraine : Antonio Guterres (Sec. Gén ONU) affirme qu'il n'y a "aucune possibilité, à court terme, d'établir une négociation sérieuse pour la paix" entre Moscou et Kiev

UE : la Pologne déclare qu'elle "s'opposera" à toute démarche de l'UE visant à priver la Hongrie de fonds européens (voir sujet central)

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

Quel deuil !

Au-delà d’une souveraine, c’était à un autre règne que les Britanniques disaient aujourd’hui adieu. Celui de leur prospérité. Ce week-end, le FT publiait un papier assez dingue où on lisait qu’en 2007, les revenus d’un ménage moyen au UK étaient "inférieurs de 8%" vs la France ou l’Allemagne. Aujourd’hui, l’écart est de 20%. Et si la "tendance actuelle" se poursuit, le ménage moyen au UK gagnera moins que son homologue slovène d’ici 2024 (et polonais d'ici 2030). Un sacré deuil.

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

Quel enterrement !

… celui-ci est français et c’est celui de nos espoirs de croissance en 2023. Certes Bruno Le Maire – boute-en-train comme il est – continue à annoncer (et planifier budget et rentrées fiscales) +1% de PIB l’année prochaine, mais jeudi dernier, la Banque de France, où l’ambiance n’est pourtant pas à la contradiction systématique de Bercy, divisait carrément la prévision par 2 : 0,5% de croissance en 2023 pas plus. Aujourd’hui c’est au tour du cabinet Rexecode de sortir sa note de perspective.

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

 

 

Contre-offensive

Ainsi donc la démocratie serait le loser de la compétition mondiale entre systèmes de gouvernement. La semaine dernière nous vous disions que sa "part de marché" était passée de 50 à 30% de la population mondiale au cours des 10 dernières années. Ce qui rend ce qu’a fait l’UE dimanche d’autant plus significatif.

En proposant de suspendre le versement d’une partie des fonds européens à la Hongrie -- de moins en moins démocratique et transparente -- la Commission adresse un message clair à Orban (qui règne depuis 12 ans sur le pays) : pas d’Etat de droit, pas de fric ! Et on ne parle pas d’un détail : la Hongrie est 2e pays le plus gros bénéficiaire net de subsides de l’UE (1er = Pologne), et au total les fonds suspendus/supprimés représentent 10% de son PIB. Du très très lourd.

Une gesticulation destinée à se briser une nouvelle fois sur l’incapacité institutionnelle européenne ? Non, car les choses ont changé dans l’UE, le nouveau règlement sur l’Etat de droit, entré en vigueur en 2021, soumet la confirmation de la proposition des commissaires non l’unanimité mais à la majorité qualifiée des Etats-membres.

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

 

En partenariat avec Uber

La voie est (ou)verte

Pour aller vers un futur plus durable, pas question d'emprunter tous la même route. Alors en fonction de votre profil ou de votre trajet, Uber vous offre le choix. Celui de vous déplacer en Uber Green (= véhicules hybrides et électriques) au tarif le plus bas. Ou bien celui d'opter pour des micro-mobilités encore plus durables : vélos et trottinettes électriques Lime ou encore scooters électriques Cityscoot en libre-service.
Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

Consolation mondiale

Donc aujourd’hui plus de la moitié de l’humanité (4 milliards d’individus) a assisté -- depuis leur TV -- aux funérailles d’Elizabeth II. À la portion adulte de cette foule dont nous partageons l’émotion, nous aimerions rappeler que, selon notre sondage de novembre 2018, pour 78% d’entre vous le sexe console. Ce soir, on sèche ses larmes.

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn