Recevez le smart email du soir. C’est gratuit !

Si vous avez passé la journée à la maison

Guerre en Ukraine : Poutine annonce une "mobilisation" de 300 000 réservistes supplémentaires et déclare appuyer les référendums locaux organisés par les séparatistes pro-russes en Ukraine

Diplomatie : la Chine appelle à un "cessez-le-feu à travers le dialogue" pour permettre de "trouver une solution qui règle les préoccupations sécuritaires légitimes de toutes les parties"

Exode : Moscou bloque la vente de billets d'avion vers l'étranger aux citoyens russes de 18-65 ans alors que Reuters rapporte que les billets pour la Turquie et l'Arménie (accessibles sans visa) depuis la Russie sont désormais "sold out"

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

Nouvelle doctrine

Plus inquiétant que "la mobilisation partielle", la nouvelle doctrine nucléaire esquissée par Poutine ce matin. Alors que dans la pensée stratégique russe, l’emploi de l’arme atomique est strictement réservé à une "menace existentielle", Poutine affirme qu’il n’hésitera pas à "utiliser tous les moyens dont il dispose" (sous-entendu : même nucléaires) si l’Ukraine et l’Occident menacent son "intégrité territoriale", son "indépendance" et sa "liberté". Ça laisse un peu plus de marge.

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

Déjà vu ?

Tous aux abris (antiatomiques) ? Pas sûr. Certes les US disent qu’ils "prennent au sérieux" les menaces de Poutine, mais Zelensky déclare cet après-midi qu’il "n’(y) croit pas", et ne semble pas prêt à interrompre les bombardements sur la Crimée pourtant région russe (par annexion) depuis 2014. Et nous/vous ? Remarquons simplement que, depuis le début de la guerre, c’est au moins la 5e fois que Poutine dit publiquement être prêt à utiliser l’arme atomique. Le côté "déjà vu" nous rassure.

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

 

 

La valeur de l’effort

Pourquoi votre DRH déteste-il que vous travailliez chez vous, alors que vous y êtes plus efficace ? Et pourquoi tant de "bullshit jobs" qui ne servent à rien ?

Une étude toute fraîche cosignée par six chercheurs suggère une réponse commune à ces questions : l’effort compte plus que le résultat.

Huit expériences différentes, impliquant 5 500 personnes en tout, démontrent que, à résultat égal, nous jugeons plus favorablement les individus qui font plus d’efforts -- donc, les moins productifs. Nous sommes même prêts à les rémunérer mieux. Est-ce un biais de ces puritains d’Américains ? Non : le résultat est identique en Corée du Sud… et en France. Explication : intuitivement, nous n’évaluons pas nos semblables sur leur productivité, mais sur leur moralité. Or, nous attribuons à l’effort une valeur morale intrinsèque, indépendante de son résultat.

Chose troublante, les auteurs notent que cette heuristique est, au fond, assez rationnelle : elle conduit à censurer les "passagers clandestins" et à récompenser les individus les plus coopératifs. Si c’est vrai, ce n’est pas demain qu’on pourra partir du bureau à 15h sous prétexte qu’on a fini son taf… ni qu’on verra un référendum instituer le revenu minimum universel.

Tous les mercredis, Olivier Sibony (prof de stratégie à HEC, London Business School, Oxford) nous explique un concept de management. Sans bullsh*t.

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

 

En partenariat avec Forward College

Forward College : Réinventez l’avenir de vos enfants

L’international n’est plus une option pour les étudiants à potentiel, c’est devenu un standard pour ceux qui veulent décrocher un top job. Et c’est l’ADN même de Forward College : 3 pays en 3 ans (Lisbonne, Paris, Amsterdam), des Bachelors en anglais conçus par LSE et King’s College London, du co-living sur des campus où les Francais ne sont qu’une nationalité parmi d’autres, des professeurs issus d’Oxford, LSE, King’s, Manchester… Mais Forward, c’est aussi une pédagogie cousue main avec :  

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn

N’en faites pas trop quand même !

Une fois encore nous nous trouvons dans l’obligation de compléter/corriger l’ami Sibo : se donner du mal et le montrer, c’est bien… mais au lit n’en faites pas trop. Les travaux de la Society for Sex Therapy and Research sont formels : si au-dessous d’une durée de 7 min, le coït est jugé juste "tolérable", en dessous de 2 minutes, ses participants le classent dans la catégorie "insatisfaisant", exactement comme ils le font lorsque le rapport dépasse les 13 minutes. Ne surjouez pas l’application. 

Partager sur Facebook WhatsApp Twitter LinkedIn